7 jours sur le "Stevenson"( GR 70 )

(du 1er au 7 Juillet 2002)

Eh!oui, c'est parti pour un petit compte rendu de la reconnaissance effectuée sur le GR 70 sur les traces de Stevenson avec les commentaires et les idées à creuser .

En premier ,un petit plan du parcours avec la photo en arrière plan de la mini troupe au sommet du Mont Lozère "Finiels" .Afin de ne pas allonger le temps de chargement ,dans le descriptif de chaque étape il y aura un lien pour aller aux photos concernant celles-ci .

1° étape :La Bastide Puylaurent-Mirandol (13 km ,350 m de dénivelée ,4 h )

Nous sommes partis de Molines avec les ânes ,nous avons mis 3 heures pour arriver à la gare de La Bastide ,c'était le point de ralliement pour les Désertins ( Sabine , Lucas , Hugo , Thoma et Elie ) entre 9 h 30 et 10 h .Après une heure d'attente et personne en vue ,nous partons à 11 h ( Fripon , Iboc ,Patricia , Kouloum et Marine ).Nous attaquons la montée sur le GR 70 (signalement correct) pour nous retrouver à 1300 m d'altitude avec une vue plein Est sur Notre Dame des Neiges .Le portable n'arrête pas de sonner et nous apprenons que les Désertins ont eu une panne d'oreiller et qu'ils sont arrivés à la Gare à 11 h 30 .Ils doivent se débrouiller pour nous rejoindre sur le GR 70 ou au plus tard ce soir  à Mirandol .Tout à coup en plein milieu de la draille , Hugo et Thoma surgissent ,en courant vers nous ;il est 12 h 30 .Ils ont pris le GR 70 à l'envers pour venir à notre rencontre .La pause casse croûte + la sieste nous amènent à 15 heures pour la route de l'après midi ;passage à Chabalier ;à Chasseradès (arrêt à l'hôtel pour ramasser la clef du gîte) .

 

Il n'est  pas superbe !

Juste avant d'arriver à Mirandol ,nous longeons la voie ferrée en direction de Mende et nous surplombons le fameux viaduc en courbe de Mirandol .

 

Le chemin passe juste devant le gîte qui se trouve au pied du viaduc .Le gîte fait partie de l'association "Les relais Stevenson" .Dans la soirée Patricia découvre un nid de faucons crécelles avec 3 petits prêts à décoller juste dans la maison en face du gîte qui elle se situe au pied d'une pile du viaduc .Le parc à ânes est un peu loin ,de l'autre côté du "Chassezac"qui passe sous le viaduc .

 

galerie photos de l'étape (9 photos ,compter 3 à 4 minutes de chargement)

 

Retour au plan du parcours

2° étape:Mirandol-Le Chalet du Mont Lozère(17 km ,780 m de dénivelée ,6 h )

Lever à 7 h pour Patou et Kouloum afin d'aller chercher les ânes au parc (attention il n'y a pas d'eau ),pour tout le reste de la troupe lever et petit déjeuner 8 h 30 afin de pouvoir partir vers 9 h .Avant de partir tout le monde a voulu voir les petits faucons dans leur nid .Dans le gîte ,en même temps que nous ,il y avait un couple de Belges qui parcourait le Stevenson et 2 vététistes .Le temps est couvert ,nous passons à Estampes (gîte définitivement fermé)  attaquons la montée à travers la forêt du Goulet (balisage Stevenson GR 70) et faisons l'arrêt de midi juste à la source du Lot .

Il y a une possibilité d'économiser 2 km en empruntant une piste forestière à la côte 1390 m dans le bois de la Grande Girestre afin de se retrouver à la côte 1359 m à Frachassou (ce qui évite de descendre jusqu'à la ferme de Serreméjean) mais il est nécessaire d'avoir la carte d'état major au 1/25.000 réf : IGN 2738 E .Nous changeons de carte ( IGN 2739 OT ).

 

On arrive sur Le Bleymard

Descente sur les Alpiers pour arriver en vue du Bleymard où nous devons nous arrêter pour le ravitaillement et faire la pause de l'après midi .

Le temps s'est amélioré et la vue est superbe .Après la pause effectuée juste à la sortie du Bleymard ,nous attaquons la montée par le col du Santet et enfin le dernier raidillon avant l'étape du soir .Le chemin est bien dégagé mais cela monte très régulièrement et longuement ,de plus c'est en fin de journée .Nous arrivons à 18 h 30 ,nous nous installons au gîte et allons prendre notre repas à l'hôtel restaurant "Le Refuge"(obligation de prendre la 1/2 pension) . Hugo nous fait une grosse frayeur en tombant du lit à étage avec comme résultat une énorme bosse sur le front .Tout le monde est au lit vers 21 h avec auparavant un petit bonsoir à Fripon et Iboc (superbe parc avec surtout un endroit spécial plein de sable pour se rouler ).

Anecdote asine:"Le cueilleur de fleur de chardons" Iboc nous a démontré comment il mangeait avec délicatesse la grosse fleur bleue des chardons sans se faire piquer .Il se place au dessus de la fleur ,vient avec ses lèvres entourer celle-ci et d'un coup sec vient la détacher de sa tige ,ainsi le bosquet de chardon se trouve étêté pour le plus grand plaisir culinaire de Iboc .

 

galerie photos de l'étape (6 photos ,compter 2 à 3 minutes de chargement)

Retour au plan du parcours

3° étape:Le Chalet du Mont Lozère-Pont de Montvert(13 km ,120 m de dénivelée montante mais 825 m. de dénivelée descendante,5 h )

Départ à 9 h , Elie en allant chercher les ânes au parc s'est pris un "râteau" , bilan : genoux couronnés et lèvre fendue .Nous longeons les pistes de ski ,coupons l'historique route des "Chômeurs "et continuons de monter .Avant d'arriver sur la  crête ,dans un immense parc clôturé ,nous sommes inspectés par un troupeau de race "Margeride" (un taureau ,une vingtaine de vaches et les petits ) .

Tout en montant nous croisons deux à trois groupes de jeunes anglais .Nous nous posons des questions à ce sujet :y a t'il un rapport entre ces anglais et le chemin de Stevenson ? La réponse nous sera donnée le soir par la personne gérant le gîte communal .Le sentier est balisé par des pierres debout , ce sont des "montjoies" .Par beau temps aucune utilité ,ce fut le cas pour nous ,mais par brouillard ou en hiver par temps de neige leur utilité n'est plus à démontrer .Nous longeons la crête et nous arrivons au sommet officiel du Mont Lozère qui s'appelle en réalité "Finiels" à 1699 m .C'est l'heure de la pause matinale ,la vue est superbe ,une rotation à 360 ° depuis la barre des Cévennes ,les Monts d'Auvergne ,les Alpes ,Le Ventoux .

 

Une rencontre inespérée au sommet du Mont Lozère

Quand tout à coup apparaît une immense vague blanche montant du versant sud ,celle ci se dirigeant vers nous .C'est un immense troupeau de moutons (1800 bêtes pour 3 propriétaires) en estive , gardé par un seul berger et ses deux chiens .Malgré le soleil le pull n'est pas de trop .

Nous attaquons la descente par un sentier abrupt où il faut faire attention ,surtout avec les ânes .Nous traversons plusieurs bois de sapins et juste à la sortie du dernier nous voyons le village de Finiels .Arrêt de midi ,et encore des étrangers dans un sens comme dans l'autre .Décollage à 15 h. passage par le village et attaque de la descente en direction du Pont de Montvert par un sentier zigzaguant entre les pâtures avec des petits murs de pierre et surtout un ou deux passages de ruisseaux (toujours délicats pour les ânes) .

Un double intermède pour Thoma ,Hugo et Marine avec des sauts de bottes de foin et un passage sous un arrosoir jet d'eau de prairie .

Arrivée à 17 h 30 au gîte qui se trouve juste à l'entrée du village (le bâtiment comporte aussi l'écomusée ) .Deux problèmes à signaler :l'ouverture n'a lieu qu'à 18 h et le parc à ânes se trouve de l'autre côté du village à 500 m.(ce qui implique la traversée par des ruelles étroites ,le passage du Tarn et surtout la même manœuvre pour le lendemain matin ).Le gîte est très grand , confortable , bien tenu , bien équipé .

 

A quoi sert  cette énorme bâtisse juste en dessous du col de Finiels ?

La réponse  à la question du matin : juste au dessus du village de Finiels une ancienne colonie de vacances a été achetée par un couple d'anglais qui l'a transformée en séjours linguistiques en liaisons avec des établissements scolaires anglais et pendant ces séjours les étudiants font des ballades aux alentours .

 

 Une petite anecdote pour le soir :nous n'avons pu nous endormir qu'aux environs de minuit car dans la salle juste au dessus du gîte il y avait une répétition de danse (avec des sabots cela devait être la "Bourrée" cévenole) ,heureusement les enfants s'étaient endormis avant le début des festivités .

galerie photos de l'étape (12 photos ,compter  seulement 2 à 3 minutes de chargement car j'ai scanné directement les photos en images web mais il est évident que la qualité de la définition en cas de sortie imprimée sera nettement moins bonne )

Retour au plan du parcours

4° étape:Pont de Montvert-Cassagnas (18 km ,390 m de dénivelée montante et 520 m. de dénivelée descendante,6 h )

Départ 9 h 15 .On attaque directement la montée pour sortir de la vallée du Tarn par un sentier très agréable toujours balisé Stevenson GR 70 ,la vue sur Pont de Montvert et la vallée du Tarn est magnifique .

Le Pont de Montvert sur le Tarn

Sur le sentier des plaques de lave émaillées décrivent l'évolution géologique et humaine du lieu (avant le moyen âge ,au XVI° siècle et à la fin du XIX° siècle) .Arrivés sur le premier plateau nous effectuons la pause du matin , tout va bien . Après un passage en sous-bois en légère descente et après avoir passé le pont de Fiarouse nous attaquons la longue montée à travers les bois en direction du col de la Planette ( 1303 m.) .Au col nous sommes sur la ligne de partage des eaux Atlantique-Méditerrannée et cela se sent (air + chaud )et se voit ( pin maritime - haut ) .C'est un vrai croisement de chemins importants , le GR 70 continue en direction de Florac à l'ouest .Nous décidons de prendre plein Sud en direction de Cassagnac par le GR 72 qui rejoint le Stevenson après sa boucle de Florac .Nous changeons de carte ( IGN 2740 ET ) au col et Les Désertins nous quittent ,ce qui fait qu'il ne reste que Marine , Patou ,Kouloum ,Fripon et Iboc pour la fin du parcours .

Après une longue descente en pente très douce nous effectuons une petite pause au col du Poulio d'où nous apercevons la vallée de la Mimente ( rivière qui coule en direction de Florac ) .Juste après le col ,attention ne pas aller jusqu'à Chavanon car il faut prendre le GR 72 50 m. avant  à gauche (difficile à voir ) .Descente rapide à travers sous bois , champs de bruyère ,pierriers avec une traversée du village car le gîte se trouve à l'extrémité Ouest , mais toujours sur le GR 72 .

Le gîte est excellent à tout point de vue (situation , accueil , nourriture , logement ) , je me permets de le citer ( Mas de la Frutgère tenu par Laureline ) .

galerie photos de l'étape (12 photos ,compter  seulement 2 à 3 minutes de chargement car j'ai scanné directement les photos en images web mais il est évident que la qualité de la définition en cas de sortie imprimée sera nettement moins bonne )

Retour au plan du parcours

5° étape:Cassagnas-Le Pont de Burgen(16 km ,300 m de dénivelée montante et 810 m. de dénivelée descendante,5 h 30 )

Nous quittons le gîte à 9 h 15 après un somptueux petit déjeuner ,traversons la N 106 (très fréquentée ) ,longeons celle-ci sur 100 m (possibilité de marcher derrière les rails de protection ,ceci est fortement recommandée vue la circulation )et descendons le sentier (portion très mal entretenue pour un GR)  jusqu'à la passerelle enjambant la Mimente .Une fois la rivière traversée , le GR 72 tourne à droite en empruntant l'ancienne voie ferrée ,nous prenons en face un chemin montant balisé Col des Laupies (celui-ci rejoint le GR 70 au col de la Pierre Plantée ,mais évite de monter au Plan de Montfort ) .La montée au col se passe dans une forêt de feuillus et peu avant le col nous tombons sur une sortie de source avec une fontaine et un abreuvoir tout en bois superbe ( à voir dans la galerie photos ).La pause du matin se fait au col ,qui est un vrai carrefour de chemins de randonnée et forestier ( GR 7-GR 67 ,tour du pays cévenol ,piste forestière ONF ) et en plus avec un aménagement des + agréables .Par la piste forestière nous rejoignons le col de la Pierre Plantée où nous rencontrons une famille de Hollandais en ballade et surtout toute une tribu d'adolescents avec ânes qui vont pour la journée effectuer une sortie .Nous reprenons le GR 70 et nous nous arrêtons pour midi à la Serre de  la Can .

Magnifique statue sur le GR 70 , mais où est ce ?

A 15 h nous repartons et atteignons Saint Germain de Calberte (pas facile à traverser ,surtout avec les ânes ).Sur la place ,juste devant l'église nous admirons une superbe statue en bronze (à la gloire de l'homme cévenol ) .Après une heure de marche nous tombons sur la D 586 .A partir de ce point nous avions décidé de quitter le GR 70 pour atteindre Saint Jean du Gard car celui-ci emprunte des portions importantes de route goudronnée ( dangereux pour les enfants et aussi fatiguant pour les ânes ) .Nous traversons la route et empruntons le GR 67 qui nous emmène au Pont de Burgen .Attention ,il est préférable de prendre l'ancien balisage qui descend en pente douce que le nouveau balisage qui est perpendiculaire à la pente (très dangereux pour les ânes ) .De suite après être arrivés au gîte ,avoir débâtés Fripon et Iboc ,nous sommes allés piquer une tête dans les trous d'eau du Gardon de St Germain au milieu des truites .L'environnement de ce gîte est à classer avec de multiples étoiles et ce à tout point de vue .En même temps que nous, au gîte ,une équipée (un papy ,une mamy avec leurs 3 petits enfants ) va démarrer un circuit avec un âne .Un repas pris en commun de produits locaux se terminera assez tard sur la terrasse au dessus d'un superbe étang .Extinction des feux vers 22 h. à l'intérieur d'une superbe dépendance de la ferme .

Anecdote asine:Fripon ayant des ennuis intestinaux ,nous avons eu peur qu'il se soit   + ou - empoisonné en mangeant quoi ? La réponse nous a été fournie par Lionel .Tout simplement la flore des Monts Lozère est totalement différente de celle habituellement consommée à Molines ,ce qui pendant un ou 2 jours provoque ces petits ennuis gastriques .D'ailleurs ,avec 24 h de décalage ,Iboc subira le lendemain les mêmes ennuis .

galerie photos de l'étape (6 photos ,compter  seulement 1 à 2 minutes de chargement car j'ai scanné directement les photos en images web mais il est évident que la qualité de la définition en cas de sortie imprimée sera nettement moins bonne )

Retour au plan du parcours

6° étape:Le Pont de Burgen-Campnau(12 km ,530 m de dénivelée montante et 440 m. de dénivelée descendante ,4 h 30 )

Nous sommes sur le GR 67A et attaquons la montée à travers une châtaigneraie non entretenue par un chemin empierré .A mi-côte nous passons à côté de le ferme de Frégeyre .C'est le lieu d'habitation des propriétaires du gîte du Pont de Burgen et  ils font également de l'élevage d'ânes pour la vente et pour aussi des randonnées en pays cévenol .Nous atteignons un croisement de chemins à la Pierre de la Vieille (sur la carte IGN avec une étoile signifiant un superbe point de vue ) mais au vu de la hauteurs des arbres ,à moins d'être un singe ou un oiseau ,nous ne voyons rien .Nous passons au GR 67 B et après 1 km nous voyons coté sud toute les petites vallées très sauvages qui descendent en direction du Gardon de Mialet .Marine se ravitaille en cerises ,mais elle découvre que Fripon adore les fruits à noyaux . Midi approche et nous nous arrêtons au croisement de plusieurs chemins forestiers et pédestres mais sans aucun nom sur la carte IGN .De suite après la sieste nous prenons le GR 67 ou Tour du Pays Cévenol qui reste sur la ligne de crête ,passons à coté de la seule ferme occupée (Le Pereyret) et poursuivons sur le GR .Attention le balisage n'est pas très visible et vu le nombre de chemins partant dans tous les sens il faut absolument rester sur la ligne de crête .

Il faut vraiment chercher pour trouver la ferme de Campnau ( superbe bâtisse ) .

Attention descente depuis la côte 528 très dangereuse .

Je pense qu'il faut bien prévenir les prochains arrivants du caractère difficile pour arriver au gîte et trouver le chemin pour y accéder .Il faut prendre à gauche un chemin qui descend indiquant voie privée et en arrivant devant une chaîne vous apercevrez une minuscule pancarte indiquant la direction "Gîte",alors il faut piquer à droite dans la pente à travers le bois sur un minuscule sentier qui descend sur 200 m en pleine pente et à la sortie d'une ultime mini épingle à cheveu ,vous tombez sur la porte d'entrée (voir en galerie photos ,cela vaut le détour ).Il existe un solution + aisée c'est de poursuivre sur 1 km en direction du col d'Uglas en prenant le GR 44 D et 200 m avant celui-ci de prendre le chemin forestier à gauche qui descend à Campnau (+ 2,5 km ) ,mais au bilan cela rallonge d'une bonne heure de marche la journée et de plus pour partir le lendemain matin il faut reprendre ce chemin en sens inverse.

Après toutes ces indications ,reprenons le cours de notre récit .Nous tombons littéralement et physiquement sur la porte d'entrée et de suite Marie-Noëlle nous accueille .Cette ferme est vraiment superbe et bien tenue au niveau propreté ,seul point négatif l'environnement devrait être nettoyé de toutes les carcasses de voitures et des restants de matériels agricoles .Mais cela ne peut être fait par Marie-Noëlle ,car elle est seule avec l'un de ses fils qui se moque de ce genre de choses .Nous lui avons fait part de ces remarques et elle s'est engagée à faire le nécessaire .C'est le seul gîte répertorié dans ce coin perdu ,mais n'est ce pas cela que nous recherchons ? Après un repas pris dans une superbe pièce ,nous sommes allés nous promener le long du ruisseau qui possède de superbes trous d'eau .Le dortoir étant parfumé par de la lavande qui séchait dans le grenier situé au même niveau ,nous n'avons eu aucun problème pour nous endormir .

galerie photos de l'étape (6 photos ,compter  seulement 1 à 2 minutes de chargement car j'ai scanné directement les photos en images web mais il est évident que la qualité de la définition en cas de sortie imprimée sera nettement moins bonne )

Retour au plan du parcours

7° étape:Campnau-Saint Jean du Gard(12 km ,335 m de dénivelée montante et 460 m. de dénivelée descendante ,4 h 30 )

Après une superbe nuit ,cette vallée du ruisseau de Campnau est vraiment à préserver ,nous décollons du gîte et attaquons la longue montée de 2,5 km pour rejoindre le col d'Uglas .Là aussi ,il y aurait lieu de faire un nettoyage de quelques épaves de voiture .La journée s'annonce très chaude ,de plus comme l'altitude baisse rapidement et que nous allons vers le sud (département du Gard ) ,il ne faut pas oublier le ravitaillement en eau .Nous débouchons sur le GR 44 D pour arriver après 300 m au col d'Uglas .Il faut traverser la D160 ,emprunter toujours le GR 44 D sur 100 m et ensuite tirer à droite en descendant sur un sentier non balisé pour rejoindre la D160 .

C'est bien l'historique pont des Camisards de Mialet

Après le passage à Audibert ,on quitte la D160 en tirant à gauche pour rentrer dans Aïgladines et rattraper le GR 67 qui va nous emmener sur le chemin des Camisards jusqu'au fameux pont de Mialet .Tout le long du chemin les cigales fonctionnent à plein chant ,au point de ne plus s'entendre .Ce chemin est fait de gros cailloux qui roulent constamment sous nos pieds et surtout sous les sabots des ânes ,ce qui les gênent considérablement .Plusieurs fois nous serons obligés de nous arrêter pour faire une pause afin qu'Iboc et Fripon se calment .Toute cette descente se fait au soleil et ça "cogne" sans un coin d'ombre .Aux environs de midi nous sommes en vue du Pont des Camisards ,Marine à la vue de la rivière manifeste pour pouvoir aller se baigner ,mais le coin est très fréquenté et toutes les places intéressantes sont occupées .Nous décidons d'aller un peu plus loin du coté de l'ombre pour s'arrêter au bord d'un petit ruisseau ,environ 1 km après le pont .Surprise !celui-ci est à sec ,Marine manifeste et les oreilles de Papy Kouloum sifflent .Après le repas de midi et une petite sieste nous repartons en direction de Saint Jean du Gard toujours sur le GR 67 .Vu que nous sommes du bon coté ,malgré la chaleur ,cela se passe bien .De plus ayant rendez vous avec Lionel pour 16 h ,nous nous devons d'être à l'heure .A 15 h 55 ,nous sommes au point de rendez-vous ,juste le temps de débâter et Lionel arrive  à 16 h 05 .Tout le monde a respecté ses engagements horaires .C'est la fin de notre périple ,nous chargeons les ânes dans le van et chacun repart chez soi .

galerie photos de l'étape (4 photos ,compter  seulement 30 secondes à 1 minute de chargement car j'ai scanné directement les photos en images web mais il est évident que la qualité de la définition en cas de sortie imprimée sera nettement moins bonne )

Retour au plan du parcours

Épilogue ,commentaires et suggestions éventuelles pour 2003

1°)Épilogue:Cette reconnaissance qui aurait due se faire seulement  à 2 adultes s'est finalement effectuée avec 4 petits enfants ,2 mamans ,un papy et 2 ânes .Cela aura permis de mieux tester la région et surtout de pouvoir affiner l'option 2003 .Quant au temps ,la première semaine de Juillet fut des + agréables et cela pour la 3° année consécutive .De plus ,à cette période l'ambiance est calme ,sereine ,les sentiers peu fréquentés ,les propriétaires des gîtes non stressés (c'est le début de la saison ) et les ânes non fatigués ( souvent c'est leur premier périple de la saison ) .

2°)Commentaires:ci-après liste des différents documents et cartes utilisées .

-Cartes IGN au 1/25.000°  : 2738 E - 2739 OT - 2740 ET - 2741 ET .

-Topo-guides de la FFRP :Réf. 704 Du Pilat aux Cévennes ,Réf. 700 Le Chemin de Stevenson .

-Un dépliant gratuit sur Les Gîtes d'étape en Cévennes 2001  à demander au Parc National des Cévennes ,B.P. 15 ,48000 Florac ou par tél. 04.66.49.53.01

-Un autre dépliant gratuit intitulé "sur le chemin de Robert Louis Stevenson" produit par l'association du même nom ,adresse 48220 Pont de Montvert tél/fax 04.66.45.86.31 Site internet : www.chemin-stevenson.org

3°)Suggestions éventuelles pour 2003:Nous avons bien fait de modifier la fin du parcours car à partir de Saint Germain de Calberte les portions de route sont très fréquentes et fréquentées .De plus en lisant un ouvrage sur les transhumances au gîte du Pont de Burgen ,nous avons constaté qu'une de celles-ci ( La Languedocienne ) allant de Mialet au Mont Lozère existait sur les cartes ( la Draille du Languedoc ) en ne passant par aucune route goudronnée et peu être parcourue en autonomie ,ce qui serait une étape supplémentaire par rapport aux versions antérieures.

Au fur et à mesure du projet 2003 voir dans le journal l'état d'avancement .